Comment définir au mieux l'hypnose ?


L'hypnose est une sorte de sommeil artificiel, provoqué. Pourtant, le rythme cardiaque et la respiration d'un sujet hypnotisé sont beaucoup plus proches de ceux observés à l'état de veille que dans le sommeil naturel. En outre, certains réflexes corporels subsistent, alors qu'ils sont fortement estompés ou abolis dans le sommeil. Je préfère, à toutes les définitions proposées, celle du Dr Mason :

"L'hypnose est un état temporaire d'attention modifiée dont la caractéristique est une suggestibilité accrue."

Disons pour être plus clair que le sujet est amené à concentrer son attention sur le plan visuel (un point précis) et auditif (la voix de l'opérateur). On peut donc parler d'une hyperconcentration, plutôt que d'un relâchement, d'une décontraction mentale.

On appellera ce cas de figure, l'hypnose active, ou provoquée ; c'est celle qui nous intéresse ici... car des états fort similaires se retrouvent dans certaines circonstances, et sans l'appui de la parole : par contagion, sensations visuelles, bruit monotone, etc. Qui n'a jamais manqué s'endormir au volant, bercé par le bruit du moteur, en position décontractée, et, la nuit, ébloui par les phares ?

En résumé, et au vu des différentes définitions proposées, on peut affirmer que la nature exacte de l'hypnose est encore mal connue. Elle a pourtant été à la base de toutes les psychothérapies modernes., et pourrait encore jouer un rôle important dans la psychopathologie et la psychothérapie expérimentales

 

Hypnose = Magie ?

 
L'hypnose n'est pas de la magie et n'est pas dangereuse. C'est un état naturel modifié de conscience ou de transe entre l'éveil et le sommeil. L'hypnose se déclenche par la réponse à divers stimuli extérieurs, verbaux, lumineux ou autres (hétérohypnose). Dans la plupart des cas, l'hypnose est provoquée par un hypnotiseur qui focalise l'attention visuelle du sujet sur un objet particulier (pendule, yeux de l'opérateur, etc.) et lui parle de façon répétitive et monotone. Les paroles suggèrent en général l'endormissement ou la relaxation musculaire. Cet état induit un changement dans la mémoire et une suggestibilité accrue. Des "phénomènes" tels que l'anesthésie, des modifications vaso-motrices, la réalisation post-hypnotique de suggestions, peuvent être provoqués suivant la profondeur de l'hypnose. Celle-ci peut aussi se déclencher automatiquement (auto-hypnose) par des techniques de relaxation, la concentration sur sa propre respiration, mais aussi par une grande variété de pratiques et de rituels propres à de nombreux systèmes religieux, philosophiques et mystiques.

 

Une fois atteint l'état altéré de conscience, l'attention du sujet est focalisée sur les suggestions hypnotiques de l'hypnothérapeute, qui, considérées par le sujet avec un esprit moins critique, atteignent plus facilement son inconscient.

 L'hypnothérapeute conditionne ou déconditionne le sujet par des suggestions hypnotiques appropriées au genre de traitement qui aura été proposé à la suite d'une séance d'évaluation précédant le traitement d'hypnothérapie.

 Définir l'état hypnotique n'est pas une chose simple. Il s'accompagne de toute une série de phénomènes appelés phénomènes hypnotiques, qui vont de la sensation d'engourdissement et de somnolence aux "hallucinations" visuelles et auditives, en passant par des sensations de lourdeur avec impossibilité de bouger les membres, l'analgésie, etc.

 La technique de l'hypnose, connue depuis l'Antiquité, est toujours entourée d'un halo de mystère auprès du grand public. Elle suscite crainte, méfiance, et paradoxalement une évidente attraction.